Skip to Content

La Biennale internationale de la photo d’Ostende débute dans quatre semaines

La Ville sur Mer se prépare pour le festival photo de la fin de l’été

Alors que le Theater aan Zee et le Crystal Ship touchent à leur fin, Ostende se prépare déjà à accueillir un autre festival artistique avec la première édition de la Biennale internationale de la photo d’Ostende qui se tiendra du 4 septembre au 24 octobre. Pendant sept semaines, 30 photographes de renom exposeront leurs œuvres dans autant de lieux de la ville. Parmi eux, des artistes internationaux de premier plan comme Ruud van Empel, Charlotte Mano, Filip Dujardin, Aisha Zeijpveld et Marc Lagrange, dont des œuvres inédites seront également exposées.

La première Biennale internationale de la photo d’Ostende présentera des œuvres photographiques contemporaines et conceptuelles dans divers espaces intérieurs et extérieurs. Un itinéraire d’expositions surprenantes avec les œuvres de trente photographes venus de Belgique, des Pays-Bas et de France sillonnera la Ville sur Mer, du Fort Napoléon au Mu.ZEE.

Les curateurs Stephane Verheye et Yvon Poncelet ont choisi comme thème « (in)quiétude », puisant leur inspiration dans le travail des artistes ostendais James Ensor et Léon Spilliaert, deux figures de proue du symbolisme. Ce mouvement met en valeur l’imagination et la fantaisie et évoque souvent une atmosphère de menace et de mystère. Deux sentiments que l’on retrouve également dans le travail des photographes d’art contemporains.

La tête d’affiche de la Biennale internationale de la photo d’Ostende sera le célèbre photographe belge Marc Lagrange, dont le travail jamais vu pourra être admiré au Fort Napoléon. Également au Fort Napoléon : Katrien De BlauwerCarmen De VosIsabel DevosTine Guns et Chrystel Mukeba, cinq femmes dont le regard décalé et les œuvres conceptuelles contrastent singulièrement avec le travail de Lagrange, et qui sont également très représentatives de la photographie contemporaine dans ce pays.

De son côté, Mu.ZEE présentera la surprenante exposition Birth of a Mother de Julie Scheurweghs, qui montre une image de la maternité nettement moins romantique, mais justement beaucoup plus puissante que ce que l’on voit habituellement sur Instagram. Avec tous les liquides, la graisse, la douleur et les vergetures. Et dans l’église anglicane, cinq étudiants exceptionnels de la LUCA School of Arts seront exposés : Elise CortenJolien De BuyserJoris DeleersnyderAnaïs Lesy et Charlotte Mariën.

Spécialement pour la biennale, les grands noms que sont Jef Boes et Kaat Pype se sont inspirés d’Ostende et de ses habitants. Les œuvres remarquables de quatre artistes internationaux de premier plan seront également exposées dans divers lieux extérieurs de la ville, à savoir Charlotte Mano, Ruud van EmpelAisha Zeijpveld et Filip Dujardin, qui s’est aussi inspiré de la Ville sur Mer pour plusieurs nouvelles œuvres. 

Autres artistes de premier plan de Belgique et de l’étranger : Gilles Boudot, Lennert Deprettere, Jean Godecharle, Jennifer Kesteleyn, Vincent Lagrange, Elisa Maenhout, Claire & Philippe Ordioni, Jef Paepen, Richard Petit, Jan Pypers, Marlous van der Sloot et Daniëlle van Zadelhoff.

Enfin, Rik Verheye, acteur de la série Callboys et passionné de photographie, réalisera une série de podcasts pour la Biennale internationale de la photo d’Ostende, et De Grote Post accueillera une édition spéciale de l’événement photographique De Donkere Kamer (La chambre noire).

« Ostende est une ville placée sous le signe de la culture, avec de nombreux espaces culturels et événements reconnus comme le Theater Aan Zee et le Festival du film d’Ostende, mais également le centre culturel De Grote Post, qui s’est lui aussi imposé comme une valeur sûre. Par l’intermédiaire de cette biennale, nous voulons montrer aux visiteurs qu’Ostende est définitivement une source d’inspiration. Elle a inspiré de nombreux artistes historiques, et continue d’attirer des artistes contemporains. La sélection montre notre ambition de faire de cet événement un rendez-vous incontournable de notre calendrier culturel. »
- Bart Tommelein, bourgmestre d’Ostende